Facilite cela. Des fois vous y parviendrez des fois pas.
Pourtant il suffirait d’un peu plus d’attention et de compassion « en vers » vous.
Oui vous ce petit être si grand, parfois médisant mais ô combien célébré.
Et peut être que si vous étiez vraiment attentifs à ce qu’il se passe en vous au moment où vous observez ce que vous faites hors de vous, peut être qu’à ce moment il n’y aurait plus de place pour cette séparation.
Oui car l’image de la séparation est bien une image. 
Comme un intercalaire transparent glissé entre deux briques qui pourtant sont du même matériau. 
De là à dire que vous êtes des briques il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas. 
Vous vous doutez que nous avons de l’humour aussi. Bien plus que vous. 
N’oubliez pas de vous souvenir que l’esprit laisse cet humour à sa juste place, celle de la liberté de faire sauter cette image de l’intercalaire. 
C’est pourtant simple à comprendre et à entrevoir car tous les matins c’est sous votre nez. 
Oui plus question de réfléchir à des choses. Ces choses que vous bâtissez, comme l’ensemble et tout ce qui est. 
Un semblant d’existant ne peut être qu’un semblant. Très proche, très éloigné et pourtant imbriqué. 
Oui ce matériau de construction.
Plus facile à comprendre en concepts clés.
Oui car ils sont clés à être soulevés et bâtir avec la matière constituant leur matériau, celui de le création.
N’oubliez pas vous êtes des créateurs, façonneurs.
Ne retiens que ce principe même de la création sans limite.
En vous rappelant et souvenant de ce matériau de ces deux briques séparées par cet intercalaire.
Soulever cette fine transparence et unifier les deux briques. 
Une fois assemblées, elles se reconnaissent comme étant même le départ de toute création dont elles sont.
Il vous suffit d’être attentifs à vos créations et distinguer cette légèreté de la brique…

Message écriture intuitive .10.04.19
Frédéric Rorai Medium

note: j’ai « senti/perçu » (je ne sais pas comment dire autrement) l’hilarité (mdr ah ah :p) et un côté « taquin » au passage de la comparaison avec les briques et ce que nous sommes ici.

Laissez un commentaire