Comment se créent les synchronicités (note: coïncidences faisant sens pour l’expérimentateur) ?

Cela s’explique assez simplement. Il faut que le cheminement de l’esprit soit en accord avec sa voie entreprise. Lorsqu’il y est à proximité, nous l’accompagnons en fixant son attention sur des éléments en apparence anodins mais qui prennent toute son attention au niveau du cerveau. Celui ci est fait pour capter et anticiper les mouvements devant s’enchaîner dans la matière. Une fois qu’il voit et constate une succession d’étapes qu’il ne maîtrise pas mais auxquels il peut y mettre un sens, il les classifie dans une région précise de ce qu’il est. Cette région est le cortex frontal. En un instant se cristallise et son circuit de processus est annihiler un court un instant. Chaque ‘mot illisible’ coupure de son circuit électrique traditionnel. De là une porte s’ouvre dans le champs de conscience de l’esprit qui peut se glisser consciemment dans son expérience incarnée sans glorifier mais constater qu’il est bien sur son chemin. Les « synchronicités » ne sont pas constamment présentes. Elles sont seulement à portée lorsque l’esprit est dans le bon sens de sa navigation qu’il s’est choisi. A ce moment les esprits ou nous, influençons son attention en glissant dans l’expérience qu’il vit, des clins d’œils. Nous agissons à la fois sur le spectre de sa conscience et sur le résultat. La constatation doit s’opérer pour l’être incarné au compte de l’esprit au service de l’âme. 

Pour créer les synchronicités nous disposons de plusieurs moyens :
– Des « chambres froides » (‘mot illisible’) séparées de l’espace et du temps où nous avons accès à l’ensemble des topographies de la vie menée. Un peu comme des pellicules de films déjà écrites sur lesquelles nous pouvons ajouter des éléments au décor et à la scène. Ces éléments sont limités, demandent une énergie considérable pour les mener. Néanmoins lorsqu’il s’agit du mouvement de l’âme nous y sommes également accompagnés par la force de l’âme qui anime l’esprit incarné. C’est dans ces instants que nous planifions d’autres circonstances pour que l’esprit qui s’incarne constate la profondeur et la richesse d’âme afin qu’il se mette au diapason de celle ci, et l’accueille dans l’expérience.

– L’autre procédé consiste par les défunts, de se juxtaposer à la matière, ils ont pour certains accès à la suite du film de ceux qu’ils souhaitent accompagner. 
Dans de pareilles circonstances, si le chemin pris par l’être qu’ils chérissent est une voie sans issue (non propice à l’expression de l’amour) alors ils ont la possibilité de s’y glisser et d’ajouter des éléments dans le décor. Concrètement ils naviguent dans l’espace temps de l’être incarné et ils se positionnent et condense l’énergie, parfois à plusieurs vers un élément matériel et ensuite ils peuvent à leur gré modeler les atomes et particules de quarks afin de faire collision à un niveau subatomique des formes créées. Cela a pour effet de faire télescoper des événements ou des objets en résonance de la scène au décor du protégé. La prière et la pensée peuvent aussi agir sur ce procédé et aider les « défunts » dans leurs stratégies d’accompagnement envers ceux qu’ils accompagnent et aiment.

Les synchronicités se produisent hors du champs de la matière, même si elles s’y répercutent invraisemblablement immédiatement dès lors qu’elles sont générées. 
Elles seront toujours au service de l’esprit qui a choisi de s’incarner mais cela ne peut se faire que dans le mouvement de l’âme qui donne vie. Le mouvement de la source. Elles ne sont là que pour rappeler le service rendu à rendre et à glorifier. Dans l’idéal elles se produisent toujours en accord. Mais parfois il se peut qu’elles soient provoquées par d’autres circonstances n’incombant pas aux esprits humanoïdes, mais à la forme pensée des éléments qui ont leur propre autonomie de persuasion, d’inflexion, d’agissement (note : je vois des feuilles, le vent, la terre). Cela est au tout à l’expérimentation. Et se nivelle.

Comment les accentuer ?

Pour cela il faut déjà apaiser l’esprit agité sans ça le cerveau sera en roue libre et la constatation et ‘mot illisible » la génération ne se dérouleront pas.
Secondo (note perso: ah ah), oubliez de vouloir agir directement depuis la matière sur elles, car elles ne correspondent qu’à un état d’esprit et les formes pensées par l’individu dans son mouvement incarné. Si à son niveau, il ne fait pas le choix de se calmer, ou montre l’envie d’y arriver, à se diriger vers des espaces de paix pouvant le servir au mieux dans son appréhension et expérimentation de la vie, alors celles ci ne pourront se produire, car nous n’agiront pas dessus si ce n’est dans les cas extrêmes (note: cas de détresse suicidaire j’ai ressenti) pour rappeler l’ordre du chemin à entreprendre par l’esprit, ce qu’il s’est choisi ou a été choisi.

Le calme et l’accueil dans l’attention sont à la fois les précurseurs et les circonstances favorables à ce que nous agissions en ce sens. Nous ne dépensons l’énergie inutilement et encore moins si c’est éloigné de la nature même de l’âme, l’amour.

Message écriture intuitive 05.06.2019
Frédéric Rorai Medium

note : j’ai posé ces questions, travaillant sur un projet autour des synchronicités et ne trouvant pas jusqu’alors de réponses satisfaisantes pour ce que je souhaite réaliser. ^^

Laissez un commentaire